Arrêter de fumer, c’est dur. Si vous avez tout tenté(patchs, acupuncture…) et que rien ne marche, vous pourrez peut être essayer la chirurgie esthétique. Quel rapport ? Une étude canadienne réalisée sur 42 personnes a montré que 40% d’entre elles ont arrêté définitivement de fumer à l’occasion de leur projet de chirurgie plastique.

Pourquoi est-ce possible, pourquoi ça peut marcher ? C’est simple. Quand on va réaliser une opération de chirurgie esthétique, on doit arrêter de fumer quelques semaines avant. Les chirurgiens esthétiques vous disent de cesser de fumer au moins 2 semaines avant l’intervention.
Mais ils vous demandent également de ne pas fumer après. Ce sevrage ponctuel est nécessaire parce que le tabac peut générer des complications post opératoires comme une mauvaise cicatrisation, voire des risques pendant l’intervention.

Or, si on s’abstient de fumer pendant quelques jours, on peut s’apercevoir qu’on a plus besoin de fumer. Certains médecins tabacologues nous disent que la période de sevrage efficace est de 4 à 5 jours. Autrement dit, si par la force de la volonté, on peut tenir 4 ou 5 jours, le corps s’habitue, mais d’abord le cerveau et ensuite on a moins besoin de la cigarette.

Mais comme la volonté ne fait pas tout, on peut se dire que les risques graves engendrés par le tabac sur la sérénité d’une opération de chirurgie plastique peuvent aider à passer le cap et à arrêter.

Et comme les lieux où les interventions à tarifs sympas se déroulent interdisent clairement de fumer, on peut se dire que pendant les heures, le jour qui suivent la liposuccion ou le lifting du visage cette interdiction va prolonger le sevrage et vous permettre d’arrêter définitivement de fumer.